Les chanteurs préférés des générations 30 -40 -50 selon Cap Retraite

Cap retraite et les chanteurs des générations 30 -40 -50

Les années 30, 40 et 50 sont des époques où l’insouciance de la paix a commencé.Tout commence par des chansons d’amour comme celles de Joséphine Baker avec sa chanson « J’ai 2 amours » ou Lucienne Boyer avec le single« Parlez-moi d’amour ». L’arrivée de Charles Trenet en 1936 a apporté un ton et des rythmes nouveaux à la musique française en lui insufflant une fantaisie inaccoutumée. La chanson française a été influencé par le jazz, à la fois joyeuse, surréaliste et tendre à écouter. Le genre de musique des baby-boomers français s’appelle « chanson réaliste » d’où la naissance de nombreuses chanteuses totalement fantasmagorique.

Charles Trenet, l’une des légendes des séniors selon Cap Retraite

Icône de la musique des années 30, Charles Trenet a su comment bercer la vie de toute une génération grâce à des chansons pleines de joie et engagée.Il a traversé les époques, même celles où l’occupation allemande a fait rage, en imprégnant dans le cœur des baby-boomers les mélodies douces et légères.

Il est né le 18 mai 1913 à Narbonne et s’est éteint le 19 février 2001 à Créteil. Charles Trenet a grandi d’abord sans son père puisque ce dernier a été mobilisé sur le front pendant la Première Guerre mondiale puis sans sa mère qui est partie avec un autre homme.

Son père, après son retour à la guerre, a obtenu sa garde et l’a éveillé aux arts. Il a été un assez bon élève mais c’est par ses talents d’orateur et d’écrivain qu’il a brillé dès son jeune âge.Il a rejoint sa mère dans la capitale allemande après avoir eu son bac, un lieu où il est tombé amoureux du jazz.

Il a abandonné ses études une fois de retour à Paris et a décidé de travailler dans un théâtre. Charles Trenet a par la suite poursuivi l’écriture et a débuté la carrière en tant que parolier tout en écrivant des titres pour films. Il a formé un duo avec son copain Johnny Heisset tous deux ont produit dans plusieurs music-halls, explique Cap Retraite dans son blog WordPress.

Le service militaire met fin à la collaboration et c’est durant cette période qu’il écrit la chanson « Y a de la joie », qui est immédiatement interprétée par Maurice Chevalier.A son retour sur la scène de Paris, il s’est fait tout de suite connaître par le grand public grâce à son allure sympathique et à son humeur communicative très particulière.

Il a continué de se produire durant la Deuxième Guerres Mondiale devant des publics notamment des Allemands. Il est aussi allé aux côtés d’Edith Piaf dans les territoires allemands pour chanter pour les prisonniers de guerre Français.

Il a continué son ascension à la fin de la guerre, notamment en outre-Atlantique, et a fait salle comble au Pérou, au Canada et surtout aux Etats-Unis. Sa carrière s’est ensuite faite discrète au début des années 60, une empreinte du yéyé.

Il s’est tout de même produit à l’Olympia dans les années 70 avec son public toujours au rendez-vous.Il est cependant revenu au Canada en 1983 puis au printemps de Bourges en 87 devant une foule des spectateurs de 18 000 personnes.

Concernant sa vie privée, il est resté discret et n’a jamais évoqué sa vie amoureuse à personne. Homosexuel pour beaucoup de séniors et un peu timide pour certains, il a réservés a vie à lui seul jusqu’à ce que « le fou chantant »décède d’une crise cérébrale en 2001.

Edith Piaf, la voix d’or française

Edith Giovanna Gassion ou Edith Piaf pour ses fanatiques est une chanteuse française née le 19 décembre 1915 dans la ville de Paris.Née dans la misère, elle fait partie de ces enfants dont les parents appartiennent au monde du spectacle.

Edith Piaf est la fille ainée de Louis Gassion qui était lui-même un artiste de cirque contorsionniste, et d’Annetta Maillard (de son vrai nom) ou Line Marsa (en tant qu’artiste), une chanteuse de rue selon Cap Retraite dans son enquête.

La future légende a été confiée à ses grands-parents paternels, patron et patronne de la maison close à Bernay se trouvant en Normandie.Edith Piaf a été choyée par les prostituées, c’est dans cet environnement qu’elle a pour la première fois mangé à sa faim et bu du lait normand tout en portant de jolies robes.

Son père l’a repris à l’âge de 7 ans pour mener à nouveau une vie d’artiste de cirque itinérant, puis une vie d’artiste de rue misérable et indépendante. Elle a rencontré son premier amour, Louis Dupont, en 1932 et s’est installée à Montmartre, rapporte Cap Retraite (contacter les conseillers ici).

Elle a été découverte par un gérant de cabaret, Louis Leplee, en automne 1935. Sa voix et son talent ont été remarqués par des grands compositeurs tels que Raymond Asso et par la pianiste et compositrice Marguerite Monnot (sa future amie).

Elle a enregistré son premier titre l’année suivante.La chanson « Les mômes de la cloche » a été enregistré chez Polydoret a connu un très grand succès tant sur le plan public que critique immédiat. Edith Piaf s’est ensuite produit à Bobino ainsi qu’à l’Européen à la fin du printemps avant de se hisser sur la scène à l’Alhambra en automne.

Elle est devenue par la suite une vraie star en 1937 à Paris où ses chefs-d’œuvre sont diffusés à la radio.Elle a triomphé au théâtre avec« Le bel indifférent » en 1940.Cette pièce a été spécialement écrite par Jean Cocteau. Une interprétation très réussie de la part d’Edith Piaf.

La Môme Piaf, ainsi était son surnom, a continué de donner des spectacles et des concerts durant l’occupation Allemande. Cela avait lieu au Moulin Rouge où elle a rencontré Yves Montand. C’est un peu le coup de foudre puisqu’en 1945, elle a écrit une de ses célèbres chansons « La vie en rose » qui n’est enregistrée qu’à partir de 1946.

Elle a rencontré « Les Compagnons de la Chanson » en 1946 avec lesquels Edith a interprété le morceau « Les trois cloches » du célèbre Jean Villard. c’est cette même année qu’elle s’est séparée avec Yves Montand.

C’est après que viennent « Non, je ne regrette rien », « Hymne à l’amour », « La foule », « Milord », « Mon légionnaire », « L’accordéoniste » et « Mon Dieu ».

Edith Piaf a été la compagne du directeur des Compagnons de1946 à 1948. Mais c’est en 1948, lors d’une tournée à New York, qu’elle a trouvé son plus grand amour, le boxeur Marcel Cerdan. Ce dernier décède, un an après leur rencontre, dans un accident d’avion.

Charles Aznavour, interprète et auteur-compositeur, est devenu l’homme à tout faire de La Môme (confident, chauffeur et secrétaire). Il lui a même écrit quelques chansons comme « Jezebel » ou encore « Plus bleu que tes yeux » selon Cap Retraite.

Elle décède en 1963 à Plascassier à l’âge de 47 ans suite à une hémorragie interne due à l’insuffisance hépatique usée par l’excès, la morphine, la polyarthrite rhumatoïde, l’alcool et surtout les souffrances qu’elle a endurées durant toute une vie.

Edith Piaf, alias La môme, a été considérée comme étant un archétype de la musique française et elle est resté plus de 50 ans la femme interprétatrice francophone la plus célèbre, tant sur le plan national qu’international.

Joséphine Baker, la chanteuse ayant embellit le cœur du public

Joséphine Baker a forgé une carrière de chanteuse, danseuse et meneuse de revue de New York à Paris. Sa Réputation qui dépasse les frontières françaises lui a permis de servir la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il lui est même arrivé de défendre les droits de la population noire.C’est plutôt une femme de charité qui ne recule devant rien pour effectuer un acte de bonté.

Elle est née le 3 juin 1906 aux Etats-Unis, plus précisément dans le Missouri.Joséphine a été contrainte de travailler à l’âge de 8 ans pour subvenir aux besoins et aider sa famille. Agée seulement de 13 ans, elle s’est mariée avec Willie Wells, une union qui ne dure que quelques mois.

Elle a ensuite refait sa vie avec William Baker en 1921 où l’ambition artistique de Joséphine les oblige à divorcer et à s’installer à New York.Elle s’est émigrée en France en 1925et a obtenu une nationalité française grâce à son union avec Jean Lion en 1937.

Joséphine Baker est divorcée pour la troisième foiset elle a alors épousé Jo Bouillon en 1947. Le couple a divorcé en 1961, ils ont eu 12 enfants qui ont tous été adoptés selon la confirmation de Cap Retraite.

Pleine de talent et d’une beauté inédite, elle a appris à danser dans la rue depuis son enfance.Elle a ensuite rejoint le groupe de The Jones Family Band, montant sur scène durant l’entracte des Dixies Steppers, où elle a été intégrée et partit pour une tournée en 1921.

La chanteuse-danseuse est arrivée à faire partie d’une grande comédie musicale en 1922, le « Shuffle Along ». Elle a d’ailleurs fait un nom dans cette comédie musicale ! Elle a enchaîné des spectacles en 1924dont « The Chocolate Dandies » en fait parti. Elle a su mettre en scène son humour et sas beautés durant tous ses concerts.

Joséphine Baker a débarqué à Paris en septembre 1925 avec l’orchestre de Jazz appartenant à Claude Hopkins.Elle a été aidée par Caroline Dudley durant son concert au théâtre des Champs-Elysées qui était transformé en music-hall pour accueillir « La Revue nègre ».

Elle a tout de suite conquis le cœur du public parisien même si le spectacle a connu de nombreuses critiques.Elle a atterri aux Folies Bergères et devenue une meneuse de revue dans les années 30 au Casino de Paris dans « La Joie de Paris » et« Paris qui remue ».

Joséphine Baker est devenue une actrice, une carrière qui a connu moins de succès par rapport à celle de chanteuse et danseuse entre 1934 et 1935.Elle a subile même sort lors de son retour aux Etats-Unis en 1936.

Sa carrière en tant qu’artiste durant et après la Grande guerre a été marquée par les prestations scéniques dans les hôpitaux et dans l’armée selon l’explication de Cap Retraite.

L’après-guerre a marqué son retour dans le monde de la musique grâce à de nombreuses tournées nationales et internationales. C’est en 1959 qu’elle a retrouvé de nouveau le succès avec la revue dans « Paris mes amours ».

Joséphine a eu quelques problèmes de santé entre 1960 et 1968maiselle a su reconquérir le public américain en 1973, notamment ceux de New York. Le succès lui est revenu en 1969 et 1974 durant le grand concert de La Croix-Rouge.

La célébration de ses 50 ans de scène s’est déroulée sous les yeux des hautes personnalités et de nombreux publics venant du 4 coins du monde.Cette célébration l’a marqué puisque la mort a emporté la diva quelques jours après, un certain 12 avril 1975.

Ses engagements sociaux, politiques et humanitaires

Joséphine Baker a été très reconnaissante envers le pays qui l’a adopté.Elle a participé activement à la résistance en Afrique du nord et en Europe pendant la Deuxième Guerre mondiale tout en servant de ses talents d’artiste.

Les bons services envers la France lui sont récompensés par des nombreuses distinctions honorifiques les unes des autres.Elle n’a eu aucun enfant légitime, mais elle a accueilli par contre des enfants démunis et ses 12 enfants adoptifs dans son château privé sis en Dordogne, la « Tribu Arc-en-ciel ».

La Tribu Arc-en-ciel s’est installé à Monaco en 1969 à l’aide de Grace des Monaco. Joséphine Baker était véritable défenseur de droits civiques et droits de l’homme si bien qu’elle a participé aux différents mouvements et marches défendant cette cause.

Elle a même marché auprès des Martin Luther King dans les années 60 pour.Un film documentaire portant le titre de « Joséphine Baker en couleur » qui dure à peu près 55 minutes a été réalisé en 2005 en son hommage selon Cap Retraite.